Déroulement du stage de qualification mention « bagueur généraliste »
Article mis en ligne le 6 juin 2008
dernière modification le 5 juin 2019
Cet article doit impérativement être parcouru par les futurs qualifiants avant les stages de qualification.

1 . Objectifs du stage

  • Vérifier les compétences et l’autonomie des qualifiants en vue de l’obtention de l’autorisation de capture des oiseaux. Elles ont été normalement acquises à travers la validation du carnet de formation
  • Cette vérification est faite durant la semaine par une série d’évaluations sur le terrain et d’évaluations écrites
  • Il n’existe plus de remises à niveau puisque les qualifiants sont censés être au niveau demandé par le CRBPO grâce au carnet de formation
  • Le carnet de formation doit être complètement signé par 2 bagueurs généralistes à jour de leur permis. La version papier de ce carnet DOIT être amené au stage pratique, et doit être présenté au qualificateur du CRBPO pour vérifier les signatures.

2. Organisation du stage (sous réserve de contraintes météo et logistiques)

2.1. Les matinées

  • Les qualifiants sont considérés comme des bagueurs accrédités
  • A ce titre, ils sont responsables des activités de baguage et de leur matériel
  • Les qualifiants sont AUTONOMES (sous conditions)
  • Les qualifiants baguent comme « à la maison »
  • 4 à 5 filets de 12 m avec perches ainsi qu’un lot de bagues sont remis aux qualifiants pour la durée du stage
  • Le reste du matériel relève de leur responsabilité  : haubans, sardines, réglets, pinces, pesons, sacs à oiseaux, guides, repasse et tout le matériel lié au poste de baguage (table, chaise, parasol…)
  • Les qualifiants s’installent uniquement dans les secteurs qui leur sont attribués
  • Les qualifiants baguent seuls (sauf exceptions)
  • Les filets sont démontés tous les jours (sauf exceptions)
  • Les secteurs changent tous les jours
  • Les filets sont montés seul, le soir ou le matin selon les directives de l’examinateur
  • Les filets sont prêts selon le protocole en vigueur pour le stage (ex SEJOUR = 1h avant le lever du soleil)
  • L’examinateur s’invite régulièrement à votre site de baguage pour contrôler votre aptitude au démaillage, à la tenue des oiseaux en main, à la biométrie, aux différents critères d’identification mais également pour discuter de l’activité de baguage en général. C’est également l’occasion de faire connaissance

2.2. Les après-midi

  • Différents cours sont proposés aux qualifiants (le CRBPO et le MNHN, le matériel, la télémétrie, les techniques de capture et marquage, les stratégies de mue chez les passereaux, la biologie, la formule alaire, hygiène et santé, éthique et baguage…). Il n’y a pas d’épreuve à l’issue de ces cours
  • Une épreuve de montage et de démontage de filet. Il s’agit de monter un filet de 12 m à l’aide de deux perches. Le double haubannage avec 2 haubans par perche est imposé, de même que l’utilisation du noeud coulant simple gansé détaillé dans la rubrique « aides à la formation des futurs bagueurs ». L’utilisation d’un sac à anse pour le conditionnement du filet est demandée
  • Différentes épreuves écrites sont proposées (topographie du plumage, formule alaire, connaissances générales, connaissance du PNRO)
  • Deux épreuves d’identification sur photographies

2.3. Les soirs

  • Selon la météorologie et les organisateurs du stage de formation, des séances de baguage avec des aides-bagueurs en soirées peuvent avoir lieu (dortoir, limicoles…)
  • Des discussions autour des programmes du PNRO
  • Des discussions autour des techniques, du matériel et toutes les activités liées au baguage
  • Des discussions autour de l’éthique du baguage
  • Des discussions autour de l’ornithologie en général
  • Également la saisie des données de capture des autres qualifiants

3. L’épreuve d’identification sur photographies

Elle se présente en 2 étapes :

  • Une partie dite « ornitho  » consistant à identifier des espèces d’oiseaux à partir de photographies prises dans la nature. Il ne s’agit que d’espèces normalement présentent en France métropolitaine. Aucune espèce « occasionnelle » ne figure dans cette épreuve.
  • Une partie dite « en main » consistant à identifier, sexer et âger des d’oiseaux en main lors d’opérations de baguage à partir de montages photographiques. Aucune espèce « occasionnelle » ne figure dans cette épreuve.
Pourquoi ces épreuves ?
  • Epreuve « ornitho »
    • Un bagueur est un ornithologue de terrain qui doit être capable d’identifier rapidement tous les oiseaux qu’il capture
    • Elles ont pour seul objectif d’évaluer vos connaissances ornithologiques à partir d’un jeu de photographies
  • Epreuve « en main »
    • La mention « généraliste » implique en effet que le bagueur est susceptible d’intervenir sur l’ensemble du territoire métropolitain et sur toutes les espèces
    • En outre, les stages de qualification sont organisés dans des lieux où un très faible nombre d’espèces d’oiseaux sera capturé pendant la semaine

« Epreuve ornitho » : 20 photographies sont présentées. Chaque photographie reste à l’écran pendant 10 s. On demande uniquement d’identifier l’espèce (pas le sexe, ni l’âge). Pratiquer des observations sur le terrain reste la meilleure façon d’apprendre à identifier les oiseaux. Vous pouvez compléter cette formation en vous entraînant à l’aide de tests disponibles sur internet comme celui proposé par www.computerbirding.com. L’idéal est de pouvoir identifier toutes les espèces du niveau 4 sans l’aide d’un quelconque guide (level 4, Advanced).

3 photographies présentées aux épreuves des années passées :


Mésange noire


Bruant ortolan


Tarier pâtre



« Epreuve en main » : 20 montages photographiques sont présentés en deux étapes. D’abord pendant 5 mn à l’écran, soit 15 secondes par photographies de manière à permettre d’identifier rapidement toutes les espèces présentées. Ces montages sont ensuite laissés aux candidats sous format papier pendant 1h55. Les montages photographiques sont également projetés à l’écran pendant toute la durée de l’épreuve qui dure ainsi 2h. On demande d’identifier l’espèce, de sexer et d’âger l’oiseau. L’examinateur veille en permanence à ce que tous les qualifiants disposent des montages sous format papier de manière équitable.

La date de capture de l’oiseau est systématiquement fournie, tout comme la masse et la longueur d’aile. Parfois, d’autres informations sont fournies comme la présence d’une PC, d’une PI... Toutes ces informations sont très importantes et souvent diagnostiques.

Le montage présente une photographie d’un oiseau et des zooms sur plusieurs parties de l’oiseau (œil, pattes, groupes de plumes…). Toutes les photographies d’un même montage concernent le même individu. Tous les éléments qui permettent d’identifier, de sexer et d’âger figurent sur ce montage. Bien sûr, certains zooms sont diagnostiques, d’autres non.
Même si l’oiseau n’est pas tenu en main, il faut aborder cette épreuve avec la même philosophie que sur le terrain.

Tous les guides sont autorisés. Souvent, la seule consultation d’un guide ornithologique peut suffire à trouver la solution. Le guide de baguage est toutefois indispensable.

Les espèces sont choisies au hasard dans un jeu de photographies du CRBPO. Seules les espèces susceptibles d’être capturées par les bagueurs généralistes français sont présentées. Aucune espèce « occasionnelle » ne figure dans cette épreuve. Il se peut que certaines espèces soient jugées peu courantes, toutefois il faut garder à l’esprit qu’une espèce peu commune pour le bagueur du nord ou de l’ouest de la France sera jugée banale par celui exerçant en Provence ou en région de montagne et vice-et-versa.

3 montages présentés aux épreuves des années passées :


Linotte mélodieuse [Solution]


Mésange charbonnière [Solution]


Verdier d’Europe [Solution]

4. Principes de l’évaluation

  • Les évaluations sont établies par les examinateurs à partir de fiches consultables ci-dessous
  • Les épreuves qui concernent la sécurité des oiseaux et la qualité des données recueillies (Démaillage, Manipulation, Baguage, Détermination « ornitho » et Détermination « en main ») sont « éliminatoires » si la note est inférieure ou égale à 16
  • La qualification est accordée si la note globale est supérieure à 16, sauf si l’une des épreuves « éliminatoires » est inférieure ou égale à 16
  • Des possibilités de rattrapage existent
  • La session de rattrapage est organisée par le CRBPO

5. Les fiches de notation utilisées pour les stages pratiques de qualification

Nota : La destination de ces fiches est à l’origine interne. Aussi, certains éléments descriptifs (y compris dans le mode d’emploi inclus) sont succincts. Des modifications de forme uniquement pourront être apportées afin de faciliter leur utilisation dans le cadre d’« examen blanc », en particulier sur les modes d’emploi (lorsqu’il est disponible).


Dans la même rubrique

Stage théorique
le 22 août 2018
Stage de qualification
le 3 janvier 2008