Utilisation de marques visuelles
Article mis en ligne le 8 décembre 2020

Les marques complémentaires, telles que bagues colorées et/ou gravées, marques alaires ou nasales, colliers, permettent d’identifier les individus à distance sans avoir à les recapturer.
Les principales motivations pour l’utilisation de ces marques complémentaires sont de minimiser la perturbation (en n’ayant pas à recapturer les individus pour les identifier) et/ou d’augmenter le nombre de contrôles obtenus par individu marqué. Ainsi, ces méthodes sont recommandées dans plusieurs programmes (SPOLs, SEJOUR, programmes personnels).
Ici nous évoquons les étapes indispensables lors de la planification d’un suivi reposant sur l’usage de marques complémentaires.

 Sur quelles espèces ?

Dans le cadre des programmes personnels, les espèces devant faire l’objet d’un marquage complémentaire sont à définir en fonction des objectifs.
Dans le cadre des SPOLs, les espèces pour lesquelles le marquage avec combinaison de bagues colorées et/ou gravées est recommandé sont listées sur la page du SPOL.

 Quelles marques ?

Le choix des marques complémentaires doit se faire de manière à :

  • minimiser la perturbation pour les oiseaux - ainsi, en générale, on préfèrera les bagues gravées et ou combinaisons de bagues colorées, aux colliers, aux marques nasales, et enfin aux marques alaires ;
  • en prenant en compte les contraintes liées à la morphologie ou la biologie de l’espèce ciblée (ainsi, pour certaines espèces, les marques alaires ou nasales peuvent être la seule méthode efficace et donc souhaitable).

ATTENTION : le choix du marquage doit bien évidemment être adapté à chaque espèce.
Les utilisateurs de bagues couleurs (type perles à souder de marque Hama par exemple) doivent être vigilants quand à la taille (longueur, diamètre, épaisseur) des bagues utilisées.
Les espèces à tarses courts et/ou très fins sont particulièrement sensibles (Mésange bleue, à longue queue etc). Risques importants de lésions, pertes de membres si bagues inadaptées !

Pour plus d’information, quelques références.

Références de synthèse et recommandations
Fournier, J., & Moisan, L. (2014). Optimisation du marquage d’oiseaux par la pose de bagues couleurs. Alauda, 82(3), 161–170.
Fair, J., Paul, E., & Jones, J. (2010). Guidelines to the use of wild birds in research. (3rd ed.). Washington, D.C. USA : Ornithological Council.
Calvo, B., & Furness, R. W. (1992). A review of the use and the effects of marks and devices on birds. Ringing & Migration, 13, 129–151.
Vollot, B. (2019). UTILISATION DU PIEGE PHOTO POUR AUGMENTER LES CONTROLES D’OISEAUX PORTEURS DE MARQUES COLOREES/GRAVEES.

Les erreurs à éviter sur le choix des couleurs et des lettres
Mitchell, C., & Trinder, M. (2008). On reading colour rings. Ringing & Migration, 24, 11–14.

Quelques études de cas
Griesser, M., Schneider, N. A., Collis, M.-A., Overs, A., Guppy, M., Guppy, S., et. al. (2012). Causes of ring-related leg injuries in birds – evidence and recommendations from four field studies. PLoS ONE, 7(12), e51891.
Kosinski, Z. (2004). The removal of colour rings by Greenfinches Carduelis chloris. Ringing & Migration, 22, 4–6.
Tinbergen, J. M., Tinbergen, J., & Ubels, R. (2014). Is fitness affected by ring colour ? Ardea, 101(2), 153–163.
Zuberogoitia, I., Arroyo, B., O’Donoghue, B., Zabala, J., Martinez, J. A., Martinez, J. E., & Murphy, S. G. (2012). Standing out from the crowd : are patagial wing tags a potential predator attraction for harriers (Circus spp.) ? Journal of Ornithology, 153(3), 985–989.

 Eviter les doublons : coordination internationale via CR-Birding

Pour éviter les doublons de codes entre programmes de marquage visuel, la démarche est la suivante :
1) Choisir des codes. Identifier des modes de marquages et codes potentiellement disponibles en consultant les programmes existants sur CR-Birding.
2) Vérifier la disponibilités des codes. Confirmer / ajuster ces codes en contactant le coordinateur des marques visuelles pour l’espèce et l’aire géographique concernée (en Europe, les correspondants sont listés sur CR-Birding). Uniquement si il n’y a pas de coordinateur pour l’espèce, consulter directement Dirk Raes. Ce sont eux qui valideront les modes de marquage et codes à utiliser. Ces contacts sont indispensables car des codes peuvent être réservés, mais pas encore annoncés en ligne.
3) Obtenir l’autorisation du CRBPO. Transmettre votre demande de marquages complémentaires au CRBPO, en indiquant le résultats des échanges avec les coordinateurs de CR-Birding (soit via les formulaires de déclaration de suivis pour les Axes 1 et 2, soit via le formulaire de demande de programmes personnels).
4) Déclarer votre programme sur CR-Birding. Une fois l’accord du CRBPO obtenu, et avant toute commande de marques complémentaires, et plus encore avant toute pose de ces marques sur des oiseaux, transmettez cet accord à CR-Birding (Dirk Raes) pour que votre programme et vos codes soient définitivement acceptés, et annoncés sur le site de CR-Birding.

Cette procédure à suivre pour toute demande d’utilisation de marques complémentaire est détaillée sur CR-Birding :
http://www.cr-birding.org/node/85

 Pour faciliter la gestion des codes

Il est préférable de générer l’ensemble des combinaisons couleurs pour suivre facilement celles posées et éviter les doublons.
Vous pouvez le faire facilement avec ce petit code R mis à disposition
Contact : Romain Lorrillière

 Pour optimiser les contrôles

Pensez à l’utilisation du piège photographique si pertinent pour vos suivis, plus d’informations ici https://crbpo.mnhn.fr/IMG/pdf/le_piegephoto_comme_outil_de_suivi_et_de_cmr.pdf

 Pour faciliter la saisie des données

Pour gérer vos données de contrôles visuels, il vous faudra établir une base de données spécifique. A défaut de posséder une logiciel adapté, vous pouvez-vous vous inspirer du programme Excel mis à disposition pour convertir automatiquement vos données de contrôles visuels en informations ) transmettre au format CRBPO.