SPOL Mangeoire
Article mis en ligne le 3 octobre 2007
dernière modification le 23 novembre 2021

Suivi des Populations d’Oiseaux Locaux hivernants à l’aide de mangeoires

 Objectifs


Le SPOL MANGEOIRE est un cas particulier du programme SPOL (dont le protocole général est présenté à part). Ce programme vise à documenter et quantifier sur le long terme les stratégies d’hivernage des passereaux communs granivores en France. La connaissance des variations de stratégie d’hivernage entre individus (notamment en fonction de leur sexe ou âge), espèces, années, ou sites est utile tant pour la compréhension du processus (notamment comment il est affecté par les changements globaux) que pour l’évaluation de l’impact des modifications d’habitat sur le fonctionnement hivernal des populations d’oiseaux. Le fait de cibler le suivi sur les espèces fréquentant les mangeoires a deux justifications. Tout d’abord, les mangeoires étant essentiellement alimentées en graines, cela permet de documenter les tendances des populations hivernales de passereaux granivores (moineaux, fringilles, bruants, mésanges), dont un certain nombre d’espèces est en fort déclin en France et en Europe. De plus, nos connaissances sur le fonctionnement des populations hivernantes sont très limitées. Par ailleurs, la nourriture est un attracteur très fort pour les granivores en période de disponibilité alimentaire limitée, ce qui fait que ce protocole bénéficie d’une efficacité de capture particulièrement élevée, générant ainsi des données très riches en information.

Le but du SPOL MANGEOIRE est de collecter des données de baguage qui permettent de quantifier les stratégies d’hivernage (arrivée et départ des populations hivernantes, temps de séjour, survie locale et fidélité inter-annuelle), et ce sur un réseau de sites déployés sur tout le territoire national. Le relevé systématique des caractéristiques individuelles (espèce, sexe, âge, masse) permet d’identifier les différentes stratégies existantes de migration et d’hivernage. La mise en relation avec les conditions climatiques à large échelle identifie la dépendance des stratégies d’hivernage aux variations des contraintes climatiques. Ce programme se poursuit tel qu’il a été initié, avec une standardisation de l’effort de capture minimal (cf. protocole) à effectuer à partir de l’hiver 2013-14 afin de maximiser la qualité et la comparabilité des données. Le groupe d’espèces ciblé est les granivores (au sens large, c’est-à-dire toutes les espèces fréquentant les mangeoires à graines en hiver). Toutefois, toutes les espèces capturées incidemment seront marquées.

La mise en place du SPOL MANGEOIRE doit répondre au protocole spécifique (cf. ci-dessous).

Si vous marquez des oiseaux avec des combinaisons de bagues colorées, vous pouvez utiliser le programme Excel dédié pour convertir automatiquement vos données de contrôles visuels en informations à transmettre au format CRBPO.

 Inscription

Merci de déclarer le démarrage de votre SPOL MANGEOIRE avec ce formulaire [1].

Le référent CRBPO : Pierre-Yves Henry

 Protocole

v. 2.10 - 23/11/2021 (cliquez ici pour télécharger).

Modifications par rapport aux versions précédentes

  • v2.10 - 23/11/2021
    - Ajout d’une instruction sur le traitement des individus affaiblis, en particulier les fringilles, pour prévenir la mortalité pendant la contention.
  • v2.9 - 22/10/2021
    - Ajout d’instruction sur les dates pour la transmission des données.
    - Inclusion du mois d’avril dans la période de suivi hivernal possible.
    - Ajout de mention de l’importance de localiser précisément le lieudit (LAT LON).
  • v2.8 - 02/11/2020
    - Rappel sur l’importance de la saisie correcte des informations concernant les marques visuelles.
    - Ajout de l’information pour la saisie de séance sans aucune capture (‘BREDOUILLE’).
    - Ajout de la recommandation de ne pas réaliser de capture en cas de température inférieure à -10°C.
    - Révision de la mise en valeur colorée des points de protocole importants et insuffisamment mis en oeuvre.
    - Ajout de référence à Chavatte et al. 2019.
  • v2.7 - 24/10/2019
    - Révision de la mise en valeur colorée des points de protocole importants et insuffisamment mis en œuvre.
    - Ajout du lien vers la page dédiée à la prévention de la prédation par les chats
    - Ajout du lien vers la page dédiée aux bonnes pratiques d’agrainage pour prévenir les risques sanitaires pour les oiseaux
    - Ajout de la nécessité de marquer avec des bagues couleur les moineaux domestiques lorsqu’un SPOL Mangeoire permet de cibler cette espèce
  • v2.6 - 10/11/2017 :
    - Rappel sur la nécessité de renseigner systématiquement l’état de santé de l’oiseau au
    relâcher (ES) et la saisie des morts pendant le baguage.
  • v2.5 - 25/10/2016 :
    - Clarification du fait que sur un site suivi en SPOL MANGEOIRE il doit y avoir au moins une mangeoire active (distributeur de graines).
    - Ajout de la mesure de la longueur du tarse (LT).
    - Les instructions de saisie concernant les informations obligatoires pour toute donnée de baguage ont été enlevées du protocole, la référence unique pour ça étant la section 2 de la version en vigueur du « Guide de saisie ». Certains rappels sont toutefois maintenus pour les variables trop souvent oubliées ou mal renseignées.
  • v2.4 - 21/10/2015 : clarification de l’importance de prendre les mesures biométriques.
  • v2.3 - 25/08/2014 : Le champ THEME n’est plus à remplir pour le protocole SPOL MANGEOIRE. Seul le champ THEME SESSION est utile - et obligatoire - pour identifier les groupes de données collectées lors de la mise en œuvre du protocole SPOL MANGEOIRE. Il n’est donc plus demandé de distinguer les données des espèces-cibles des données des autres espèces pour ce protocole.
  • v2.2 - 17/03/2014 : Ajout de la liste des espèces cibles (incluant les mésanges).

 Le SPOL MANGEOIRE en chiffres et en figures

Le SPOL Mangeoire a démarré à l’hiver 2007.

En mai 2021, nous comptions 611816 données collectées, pour 453944 individus de 135 espèces, générant 123942 contrôles au sein du même hiver, et 33697 contrôles d’un hiver à l’autre.

Les 27 espèces avec en moyenne plus de 50 individus capturés par hiver sont :

Pour les 15 espèces avec en moyenne plus de 200 individus capturés par hiver, le nombre de données se répartit comme suit entre les captures pour la 1re fois (Nouveau), les recaptures lors d’un hiver ultérieur (Inter-hiver), les recaptures au sein du même hiver (Intra-hiver), et au sein du même jour (Jour) :

Ces données ont été collectées sur 395 stations différentes (nombre correspondant aux stations ayant collecté des données au moins une fois par mois, entre décembre et février ; cf. protocole).

Répartition des stations SPOL Mangeoire (passées et actuelles)

Source des données : Dehorter & CRBPO (2021).

 Les indicateurs SPOL Mangeoire

Ces indicateurs à l’échelle de chaque site ont été conçus pour renseigner les acteurs locaux (bagueurs, gestionnaires de site) sur les particularités d’état et de fonctionnement des populations d’oiseaux qu’ils suivent (relativement aux autres sites). Ils documentent les variations, entre années et entre sites, de la taille des communautés et populations hivernantes, de leur composition (guildes, espèces, âge), de dynamique intra-hivernale, de la condition corporelle des individus et des taux de retour entre hivers.
Ces indicateurs sont restitués sous forme d’un rapport individuel pour chacun des sites ayant suivi les critères définis dans le protocole. Ces rapports sont disponibles sur une page dédiée (cliquer ici) en accès restreint aux bagueurs. NB : Pour accéder à cette page, vous devez vous connecter avec vos identifiants. Vous pouvez consulter ici un exemple (rapport pour la station de Chanay).
Ces rapports et indicateurs suivent exactement le même principe que ceux produits pour le STOC Capture. Pour vous aider à les analyser, vous pouvez consulter les présentations faites pour le STOC Capture expliquant le principe de ces indicateurs, et comment les utiliser.
La production de ces indicateurs a été possible grâce au développement d’un programme d’analyse spécifique coordonné par Romain Lorrillière, et écrit au cours des stages de Sophie Benboudjema et Romane Fort en 2021 (grâce au soutien de l’ANR-16-CE2-0007 DEMOCOM). Il s’agit d’une première version, que nous affinerons ultérieurement.

Ci-après, vous retrouvez les principaux indicateurs produits, présentés pour l’ensemble des sites suivis conformément au protocole (incluant les données de l’hiver 2007 à l’hiver 2020).

Tout d’abord, décrivons les données.

Nombre d’individus capturés par groupe d’espèce, année et site suivis (pour 3 sessions d’une matinée de capture). MES = Mésanges, FRING = Fringilles, AUTRES = toutes les autres espèces.

Nombre d’individus capturés par espèce, année et site suivis (pour 3 sessions d’une matinée de capture).

Et maintenant les indicateurs d’état et fonctionnement des populations en hiver.

INDICATEUR D’ABONDANCE

Nombre total d’individus capturés par année et site suivi, toutes espèces confondues (ne pas tenir compte de la valeur pour 2020).

Nombre de mésanges bleues capturées par année et site suivis (pour 3 sessions d’une matinée de capture ; ne pas tenir compte de la valeur pour 2020).

Nombre de mésanges charbonnières capturées par année et site suivis (pour 3 sessions d’une matinée de capture ; ne pas tenir compte de la valeur pour 2020).

Nombre de mésanges noires capturées par année et site suivis (pour 3 sessions d’une matinée de capture ; ne pas tenir compte de la valeur pour 2020).

Nombre de verdiers d’Europe capturés par année et site suivis (pour 3 sessions d’une matinée de capture ; ne pas tenir compte de la valeur pour 2020).

Nombre de tarins des aulnes capturés par année et site suivis (pour 3 sessions d’une matinée de capture ; ne pas tenir compte de la valeur pour 2020).

INDICATEUR DE STRUCTURE EN AGE

La proportion de jeunes oiseaux (1er hiver) parmi l’ensemble des oiseaux capturés indique conjointement le succès de la reproduction du printemps précédents, et la différence de propension des jeunes par rapport aux adultes à se déplacer en hiver. Nous constations que les fluctuations entre années sont synchrones entre les sites.

.

INDICATEUR DE SURVIE D’UN HIVER A L’AUTRE ET DE FIDELITE AU SITE D’HIVERNAGE
Le taux de retour interannuel indique la proportion d’individus capturés un hiver, qui ont survécu jusqu’à l’hiver suivant, sont revenus sur le même site d’hivernage et y ont été recapturés.

.

INDICATEUR DE CONDITION CORPORELLE
La masse (standardisée pour la taille) indique la condition corporelle des individus capturés. Cette condition est relativement élevée puisque documentée sur des sites où les oiseaux sont nourris régulièrement. Mais cela documente quand même des variations de condition des individus entre hiver.

.

 Enquête ONIRIS sur la Poxvirose chez la Mésange charbonnière - hiver 2014/2015

Pour l’hiver 2014/2015, tous les bagueurs étaient invités à participer à une enquête nationale sur la distribution et la prévalence d’une maladie virale, la poxvirose (ou variole aviaire, voir l’article d’Ornithomedia pour en savoir plus), chez les Mésanges charbonnières, lancée par Philippe Gourlay du Centre Vétérinaire de la Faune Sauvage et des Ecosystèmes des Pays de Loire (de l’ONIRIS),
Vous trouverez une présentation détaillée de cette maladie, l’intérêt de l’enquête et le protocole Poxvirose Mésange charbonnière dans ce document. Le protocole spécifique pour les bagueurs a été conçu par Philippe Gourlay et Julie Tucoulet, en collaboration avec Pierre-Yves Henry pour le CRBPO.
La poxvirose a été recherchée sur 41 communes, par 33 bagueurs, totalisant 3541 inspections de 2674 oiseaux (dont 1949 inspections de 1530 mésanges charbonnières). Dans les données complètes transmises, seuls 8 cas probables de poxvirose (confirmés par photo) ont été détectés sur la mésange charbonnière sur 3 sites (ainsi que 3 cas suspectés, et 1 cas suspecté sur accenteur mouchet). Pour un présentation synthétique des résultats, consultez le bilan des enquêtes menées en 2012-2013 et 2014-2015, ou le rapport de stage de master de Julie Tucoulet.

Merci aux 30 bagueurs qui ont participé à ce suivi épidémiologique : ACHERE, Jean-Charles, BAUDOIN, Christophe, CARON, Pierre, CARRUETTE, Philippe, CHAPALAIN, Frédéric, COQUILLAT, Jean-Michel, COURANT, Sylvain, DAGNAS, Patrick, DURAFFORT, Patrice, FAGGIO, Gilles, GAUTIER, Sébastien, GHISLAIN, Manon, GUILLO, Jean-claude, HENRY, Pierre-Yves, JENN, Henri, JOUAIRE, Stéphane, JOUBERT, Laurent, LAIGNEL, Julien, LAMBOTTIN, David, MONCHAUX, Geoffrey, MORGAN, John, MULOT, Patrick, NABAIS, Sylvie, PRINTEMPS, Thierry, ROZEC, Xavier, SECHET, Emmanuel, SENECHAL, Cyril, TILLO, Stéphan, TOULOTTE, Fabien, VIGOUR, David.